Programme Kintsugi. Se reconstruire après un burn-out™
Programme Kintsugi. Se reconstruire après un burn-out™
Marina Bourgeois, Dirigeante d’Oser Rêver Sa Carrière et auteure de Burn-out. Le (me) comprendre & en sortir, a le plaisir de vous faire part du lancement du Programme Kintsugi. Se reconstruire après un burn-out™.

Méthode inédite de reconstruction post burn-out basée sur la résilience et la rééducation du rapport du travail, la Méthode Kintsugi. Se reconstruire après un burn-out repose sur 4 étapes à réaliser en individuel.

L’épuisé(e) reçoit dans sa boîte mail 1 livret pédagogique par semaine, sur 4 semaines et a la possibilité de retrouver ses pair(e)s sur un groupe Facebook confidentiel exclusivement dédié à son programme.

La méthode s’appuie sur sur la psychologie du travail, la psychologie positive, l’ADVP et mêle exercices d’auto-coaching, lectures et temps de maturation.

Contact : 
Marina Bourgeois
marina@oser-rever-sa-carriere.com
0603505294





Plus d’informations

Qu’est-ce que le kintsugi ? Il s’agit d’une technique japonaise de réparation des céramiques et porcelaines. La méthode serait apparue à la fin du 15ème siècle siècle lorsque le shogun Ashikaga Yoshimasa renvoya en Chine un bol de thé chinois endommagé afin de le faire réparer. Le bol lui serait revenu réparé à l’aide d’affreuses agrafes métalliques. Les artisans japonais auraient alors cherché un moyen de réparation plus esthétique en utilisant de la laque saupoudrée de poudre d’or.

Pourquoi s’inspirer de cette technique pour bâtir une méthode de reconstruction post burn-out ?
le kintsugi est une méthode de réparation relevant d’une philosophie prenant en compte le passé de l’objet et donc son histoire avec les accidents éventuels qu’il a pu connaître. La casse d’une céramique ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation. Il ne s’agit donc pas de cacher les réparations, mais de mettre celles-ci en avant. Plus qu’un art, le kintsugi constitue une philosophie de résilience particulièrement adaptée aux situations d’épuisement professionnel. Les fissures morales et physiques liées aux burn-out ne doivent être ni camouflées ni déniées. Surtout pas. Elles sont en revanche transformables et peuvent constituer, une fois le creux de la vague passé, un formidable creuset pour se reconstruire et préparer l’avenir. Reconnaître ses fragilités, travailler « malgré et avec » ses fêlures permet de mettre en place de solides garde-fous afin de ne pas rechuter et de faire de cette secousse de vie qu’est le burn-out « un mal pour un bien ». Objectif : dessiner un avenir plus en accord avec ce que vous êtes et donc vous avez besoin, dans votre globalité et intériorité.
Created with Dropbox Showcase